Bellême Bois, une scierie qui lève 260000€ auprès de Forinvest en moins d’un mois

Bellême bois a bénéficié en avril 2013 d’une deuxième levée de fonds de la part des investisseurs de Forinvest. Au premier tour, en 2011, 16 actionnaires avaient répondu présent pour abonder le projet de 189 000 euros. Cette année 12 des 16 actionnaires se sont engagés à nouveau, ils ont été rejoint par 11 nouveaux investisseurs et ensemble ont permis à Bellême Bois de bénéficier d’une aide de 260 000 euros en moins d’un mois. Retour sur cette aventure prometteuse : une scierie innovante, ancrée dans le marché dont la réussite réside en grande partie dans sa capacité à travailler en réseau.

 

Un entrepreneur qui a choisi l’option du travail en réseau

bellem boisJean-Louis Chalmandrier, dirigeant de Bellême Bois a toujours eu un esprit  d’entrepreneur. Après des études dans le bois, il a exercé au Gabon dans une station de recherche agro tropicale puis sur un site industriel de transformation. De retour en France il a travaillé dans deux entreprises de négoce en bois et dérivés avant de décider de se mettre à son compte. Il rachète alors une scierie et c’est là que l’aventure commence.

Les transformateurs de bois d’une région sont souvent organisés en petites unités isolées pour lesquelles le ticket d’entrée d’achat des machines est très lourd. Il est souvent difficile pour elles d’amortir leurs investissements et d’utiliser leurs machines de manière rentable.

C’est pourquoi le groupement se révèle être une démarche essentielle dans ce secteur pour répondre à des marchés de volume et nécessitant une grande réactivité. Jean-Louis Chalmandrier et les acteurs de la transformation du bois de la région l’ont bien compris et ont décidé de collaborer pour répondre qualitativement et quantitativement aux demandes du marché, national et international.

Une constellation de 5 entités : Bellême Bois, Bellême Bois Merrains, Lamichêne, BNF profile et Normandie Bois Entreprise qui assurent la production sur-mesure de produits pour leurs clients. Un front efficace pour lutter contre la concurrence étrangère.

Jérôme Loutrel, instructeur Forinvest de Bellême Bois témoigne : « Lors du comité de sélection, c’est cette culture du savoir-faire des choses en commun qui nous a séduit. Grâce à cette culture notamment, une semaine après l’incendie qui s’était déclaré dans la scierie, les salariés de Bellême Bois ont pu aller travailler en deux huit chez un de leur collègue. Ce qui n’a pas été produit dans l’entreprise l’a été chez le confrère et il n’y a pas eu de perte de marché ».

 

Une scierie multi-essences spécialisée dans les produits finis élaborés

« Notre particularité : nous sommes en mesure de répondre à des demandes spécifiques car nous transformons Bellem bois 2de nombreuses essences : chêne, acacia, châtaignier, frêne, bouleau, tilleul, douglas, mélèze, sequoia, hêtre bariolé, merisier, érable sycomore etc. En tout plus de 15 espèces différentes » nous précise Jean-Louis Chalmandrier. Et à chaque fois ce sont les clients qui dirigent. « Pour cela nous assistons à de nombreux salons et sommes en contact permanent avec des donneurs d’ordre » ajoute-t-il. Bellême Bois remplit ainsi parfaitement son rôle en tant qu’interface entre ce que la nature peut produire et ce dont l’homme a besoin.  

Aujourd’hui l’activité des scieries de feuillus alimente trois débouchés principaux. L’industrie du meuble, défaillante. L’industrie du parquet qui peine à survivre. L’industrie de la maison-bois, en progression mais encore alimentée à 73% par du bois importé. Et l’industrie de l’aménagement extérieur qui connaît une belle phase de progression. Bellême Bois s’est spécialisée sur ces deux derniers créneaux, en proposant des produits finis élaborés qui répondent à une demande forte du marché national : lambris, parquets, terrasses, tuiles et bardeaux, systèmes constructifs, bois de structure, bois ronds et clôtures, portes et volets etc.

Bellême Bois abrite également un atelier, Percheronde, qui produit des rondins fraisés sans traitements chimiques. Un produit naturel et non polluant qui fait actuellement cruellement défaut dans l’aménagement urbain. Beaucoup de barrières pour les chevaux, des poteaux ou encore des structures de parcs pour les enfants sont construits à partir de tronçons de pins, recouverts de nombreux traitements chimiques nocifs pour l’environnement et pour la santé. Ces structures enduites de métaux lourds ou de produits à base de goudron compliquent leur destruction car elles sont impossibles à dégrader sans risque. Perche Ronde offre une alternative naturelle avec un matériau urbain en feuillus non traité qui n’émet pas de produits polluants et s’incinèrent donc normalement.

Une scierie prometteuse travaillant en réseau avec les transformateurs de bois de la région, c’est ce qui a séduit les investisseurs de Forinvest qui ont largement contribué à la réussite de cette entreprise.

 

Forinvest : des investisseurs qui fournissent un accompagnement financier, technique et humain

Jérôme Loutrel nous confie qu’un dossier Forinvest, « C’est comme lorsqu’on plante un arbre. La plantation représente 5% du processus, ensuite il y a tout un travail d’entretien : détourer, élaguer, tailler… Dans Forinvest B.A la sélection des dossiers représente également 5% du travail, ensuite tout réside dans l’accompagnement du projet ».

bellem bois 4Forinvest a donc accompagné  BellêmeBois à travers deux levées de fonds successives : en 2011 et en 2013. La seconde levée de fonds a eu lieu de manière anticipée, suite à un incendie qui a mis l’entreprise en difficulté dans sa relation bancaire. La fin de la ligne de crédit étant annoncé, l’entreprise était sujette à de gros problèmes de trésorerie. Jérôme Loutrel a alors aidé Jean-Louis Chalmandrier à monter le second plan de financement, prévu dès le départ, mais anticipé aux vues des circonstances pour combler le déficit. La présentation aux anciens actionnaires s’est révélée être un succès, 12 sur 16 ont signé à nouveau et ils ont été rejoint par 11 nouveaux actionnaires. «La présentation d’un plan de financement aux investisseurs de Forinvest est un véritable grand oral, que Jean-Louis a réalisé avec succès car c’est un entrepreneur dans l’âme. Les investisseurs font leur choix à 90% en fonction de l’homme qu’ils ont devant eux ». Grâce au dynamisme de Jean-Louis Chalmandrier et à la confiance des investisseurs, Forinvest a permis de lever 260 000 euros en moins d’un mois. Un exploit. Mais l’affaire ne s’arrête pas là au contraire.

« L’investisseur Forinvest, c’est un homme qui mouille sa chemise ce n’est pas simplement un parieur » insiste Jérôme belleme bois 5Loutrel. En effet, en tant qu’instructeur de ce dossier il ne se contente pas de faire remonter les informations aux investisseurs, il y a un véritable accompagnement de l’entrepreneur sur le plan des compétences et humain. L’entrepreneur est un homme seul, qui fonce. Il a besoin d’un œil extérieur et expert capable de lui dire où sont les obstacles, baliser le terrain et allumer les warnings. C’est le rôle que joue Jérôme Loutrel en première ligne, suivi de près par les 22 actionnaires qui n’hésitent pas à faire jouer leur réseau pour venir en aide à Bellême Bois.

Il y a beaucoup de chênes à scier en France et si on ne le fait pas ici, ils seront envoyés en Chine. Bellême Bois enregistre plus de 25% de croissance alors que la majorité des scieries subissent une baisse de leur chiffre d’affaires.

 

En savoir plus sur Bellême Bois

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.